loader

VÉGÉTALISER !

Ce barbarisme ferait vibrer une grande majorité de citadins. Pourtant, les façades végétalisées s’installent, au compte goutte. Les légumes des toits potagers ne font pas encore déborder nos paniers. Nos trottoirs restent désespérément gris de leur bitume. Pire, 90% des fenêtres et balcons restent des déserts végétaux !

L’EAU DE PLUIE ?

On la jette directement à l’égout, avec les eaux usées, pour être éventuellement traitée et retourner dans le réseau urbain.

Comment végétaliser DAVANTAGE ? Plus VITE ? Mieux UTILISER les ESPACES et les RESSOURCES disponibles ? Quelle SOLUTION pour faire éclore visiblement, rapidement et simplement la végétalisation dans nos espaces urbains ?

LE JARDINIER VERTICAL 

propose une solution de végétalisation partielle de façades pré-existantes, en milieu urbain, durable et modulable, utilisant l’eau de pluie comme principale source d’arrosage et  en favorisant l’accès de ces solutions au plus grand nombre.

 

Notre solution

 PHASE 1 

RECUPERATION DES EAUX DE PLUIES / "ATE system", arrosage à tous les étages :

Permet de stocker temporairement l’eau de pluie en la répartissant sur l’ensemble des végétaux installés sur le bâtiment.

 

> Remplacement des descentes existantes (gouttières verticales d’évacuation)

 

> Installation des descentes « ATE system » : stockent l’eau de pluie récupérée directement du toit lors de précipitations

 

> Irrigation par gravité des modules végétaux installés sur la façade par diffuseurs gouttes à gouttes. Gestion et répartition de l’alimentation en eau selon les besoins des variétés implantées, de la saison et de l'exposition.

Notre solution

 PHASE 2 

Installation de modules végétaux, designés pour chaque façade : de la simple jardinière... au mur tout végétal.

L'architecture d'un bâtiment, son style, son époque, son environnement mais aussi les règles d'urbanisme sont autant de paramètres qui conditionnent l'implantation d'un mur végétal, dans une ville, un quartier. Des contraintes qui élaguent, parfois radicalement, les enthousiasmes. Car la très séduisante modernité de la verticalité végétale, comme elle nous est majoritairement proposée aujourd'hui, ne peut s'appliquer que dans une configuration de batiment précise, en répondant également une implantation urbaine adaptée. 

Alors, il fallait imaginer une solution souple, durable, modulable, adaptée à la grande majorité des batiments et des configurations urbaines. Cette solution, nous l'avons trouvé en puisant dans les racines ancestrales du végétal, en ville : le pot ! 

 

Géranium, le service minimum !  Partout, depuis toujours, on plante aux fenêtres, on verdit les balcons... 

 Ornements des ouvertures :  installation de type traditionnelles aux bords de fenêtres, balcons , parapets, marquises, cours intérieures... en conservant intégralement l'aspect du bâtiment. Respect de fortes contraintes ou simple choix du propriétaire, cette solution pourrait paraître triste comme choux. Pourtant, la transformation visuelle du bâtiment peut s'avérer radicale, l'effet produit durable et instantanné.

Jardinières, balconnières, pots harmonisés au style du bâtit ;

Choix des variétés de végétaux en fonction du climat, de l’exposition et du rendu voulu.    ...et non ! Pas que des géraniums.

 

 Redesign de la façade avec l’élément végétal comme seconde peau 

 Réhabilitation végétale d'une façade :  entre les ouvertures, sur les parties pauvres du bâtiments

• Un paysagiste-architecte redésigne la façade pour lui donner une seconde peau (reskinage) ;

• Les modules sont agencés de manière à réinterpréter la façade du batiment - à l'instar des réhabilitation qui utilisent des secondes peaux de verre ou de métal.paysagiste-architecte redésigne la façade pour lui donner une seconde peau (reskinage) ;

• Distants de e quelques centimètres des mures, ils sont facilement démontables : on peut donc les remplacer aisément, les démonter (en cas de ravalement par exemple)

 

Cette solution permet de modifier considérablement l’aspect général d’un bâtiment, architecturalement pauvre, par exemple, ou dont le style pourrait être trop daté. Aussi, la réhabilitation végétale des façades de plusieurs bâtiments, dans une même rue, transforme considérablement l’aspect général d'un quartier, en créant rapidement une attractivité nouvelle, un charme moderne, une dynamique.

Bénéfices multiples pour tous

Ruissellement, pollution, intempéries, bruit, ensoleillement ou froid…

Une façade végétalisée impacte directement le bâtiment qui l’accueil et son environnement immédiat : ses occupants, les passants, la ville, l'énergie, le climat ! Quelques exemples   : 

 Esthétique :  cette virgule végétale ponctue agréablement le paysage urbain.  Elle permet de réhabiliter une façade à moindre coût.


 Anti-polluant :  les modules végétaux filtrent les particules fines et contribuent à la diminution des taux de CO2 et de COV (Composés Organiques Volatils). Les gaz dégagés par le trafic sont significativement réduits pour les occupants comme pour les passants.


 Climatologie :  les murs végétaux augmentent la durée de vie des façades et leur résistance au feu. Ils réduisent également la quantité d’eau de ruissellement.


 Isolation :  thermique (5 à 10°c sur la façade et +/- 3°c sur la rue), au rayonnement (-30%), aux infrarouges, réduction de la conduction et isolation phonique (5 dB). Les murs végétaux participent à la réduction de la consommation énergétique du bâtiment.


 Evolutif :  le jardin vertical évolue, pousse, fleurit ou encore est replanté de nouvelles espèces. Il relie le citadin aux saisons, à la nature.


 Apaisant :    le jardin vertical permet d’entendre le bruit du vent dans les feuilles, attire les oiseaux, leur chant et même abeilles et papillons.


 Economiques :   ils diminuent la facture d’énergie grâce à leurs qualités isolantes. Les économies peuvent atteindre 23%.
 

 

Source :Etude technique détaillée http://www.plante-et-cite.fr/data/fichiers_ressources/pdf_fiches/experimentation/VegDUD-VD.pdf

Programme de recherche VegDUD - Rôle du végétal dans le développement urbain durable Auteurs : Guillaume Pommier, Damien Provendier, Caroline Gutleben, Marjorie Musy - Septembre 2014 – Site référence : http://www.plante-et-cite.fr

Les jardiniers

texte les jardiniers

MERCI !!!

Le vote sera ouvert par la mairie de Paris

le 1er septembre 2016

et ce durant 1 mois

Voulez-vous qu'on vous adresse un mail pour vous le rappeler ?
Email :
NB - Votre mail ne sera utiliser qu'à cette occasion et ne sera communiqué à personne.

VOTEZ

150 façades pour PARIS